Select Page

Il y a des milliers d’années, la voie directe pour activer la spirale dorée d’évolution, était, et est une voie secrète à la portée des disciples les plus évolués, cette voie endormie dans l’arcane mystérieux de peu des maîtres qui l’enseignèrent avec connaissance et sagesse, avant la création des techniques pour activer la kundalini par le Yogi Bhajan, dans l’occident, pour former des professeurs, actuellement rémunérés et avec un titre. Le kundalini yoga est un Raja yoga, aussi connu comme le yoga de la conscience, très important pour le bien-être psychophysique.

On connaît comme la Kundalini l’énergie primaire gardée à l’intérieur de l’être humain, ou ego-mental-conscience, et est représentée par une spirale faisant trois fois et demi le tour à la base de la colonne vertébrale, symbolisant un serpent enroulé.

Transcendental à une époque où le corps, la psyché, le mental, le cerveau formaient un tout comme canalisateur, médiateur des énergies d’autres dimensions inconnues actuellement de la science, et des personnes qui le pratiquaient par esthétique, ou pour une véritable transformation intérieure, pratiquant une méditation dirigée à travers des méthodes et systèmes, par les professeurs de yoga.

Des milliers d’années d’évolution physique, psychologique et mentale ont passé, et dans cette évolution se sont succédées des cultures actuelles et millénaires, et dans ce XXIe siècle avec les avancées scientifiques, technologiques, éducationnelles, culturelles, sociales et économiques. La nature de l’humanité s’est saturée de croyances antagoniques et archaïques, de superstitions, fétichismes, grimoires, mythes, traditions, et rituels.

Saturés d’éléments chimiques, de conservateurs et stabilisateurs des aliments industrialisés que l’on ingère, déséquilibrant l’univers cellulaire, organique, lymphatique, nerveux, osseux, et cérébral.

Atrophiant la réceptivité exquise de ces époques, durant lesquels s’épanouissait la haute spiritualité, sans tabous, éveillés, et en contact avec les trois règnes de la nature et au delà.

L’ego-mental-conscience, éveillé, subordonné à l’esprit, l’étincelle divine, le maître intérieur, avec la capacité de contrôler les éléments de l’amour, du plaisir et du désir, pour les faire fusionner, les sublimer, et être transporté au seuil, vers la spirale dorée d’évolution spirituelle, transcendantale, au-delà de la dualité de l’espace-temps, à travers la méditation, la réflexion, l’observation, la contemplation et le discernement.

Des élémentals, ou génies, qui n’avaient pas la connotation, et les effets qu’ils ont actuellement dans ce XXIe siècle dans la nature humaine sensorielle, émotionnelle, agissant dans un univers neutre de sensations, sentiments et émotions, car auparavant ils s’observaient, étaient contrôlés par l’ascendant évolutif de l’ego-mental-conscience, de l’âme.

Des élémentals avec un pouvoir incroyable, qui permettaient, comme véhicules dans un corps animal, la manifestation de la pensée-existence, de l’ego-mental, conscience, la rationalité, assisté par l’esprit, l’étincelle divine, le maître intérieur.

Le canal, qui permet à l’énergie appelée kundalini de passer, s’est atrophié, annulant toutes les préoccupations spirituelles, sauf comme consolation, le bien-être psychophysique, et pour ceux qui recherchent, à part ce bien-être, l’esthétique, pour les raisons déjà mentionnées, cette énergie étant duelle, tridimensionnelle.

N’étant pas conscients que leur homologue existe dans un monde parallèle inconnu dans l’ego-mental-conscience, cette énergie étant seulement limitée au niveau d’atrophiement, le seul résultat qu’il peut y avoir est la douleur de ne pas pouvoir continuer leur trajectoire vers la non dualité, dans certains cas dû à la véhémence, créant un ankylosement, une instabilité nerveuse et sensorielle, un trouble de la personnalité, ou dans certains cas un bien-être psychophysique transitoire.

L’énergie qui dort depuis la nuit des temps, comme une alternative, est le pouvoir élémental de l’amour, du plaisir et du désir, qui peuvent s’activer avec conscience, sans tabous, sans tantras, sans sexe, se préparant à travers la méditation, la réflexion, la contemplation, l’observation, et le discernement, libérant la mémoire des parasites de l’obscurité, du passé, du présent et du futur. Lesquelles, telles des cuirasses, ou mal nommés démons, ne permettent pas de transcender vers la spirale dorée d’évolution spirituelle, spirale qui s’active dans le plexus solaire, lorsque l’on est préparé pour être absorbé jusqu’aux différents univers cellulaires qui existent, sur le pèlerinage à la non dualité, à la vie divine, conscients de la transformation, voyageant avec un son indescriptible et gravitationnel au centre de deux filaments magnétiques comme ego-mental-conscience.

Cet éveil s’atteint graduellement, à travers la méditation, la réflexion, l’observation, la contemplation, et le discernement, uniquement et seulement, lorsque l’on s’est dépouillé des parasites de l’obscurité, les cuirasses de résistance qui s’affrontent à la vérité qui ne se contredit pas, à celui que l’on appelle Dieu.

Il faut laisser de côté les schémas et les croyances pour continuer de les observer à la lumière de l’évolution spirituelle, et existentielle, et commencer à nouveau, limpide, transparent. Ce pas provoque douleur et peur, et est seulement pour ceux qui osent et recherchent la vérité et peuvent faire le saut sans peur.

Tout est absolu, Dieu, rien ne se meut ou se transforme sans sa volonté, et celui que l’on appelle Dieu, est en notre univers physique, psychologique et mental, et nous sommes Lui lorsque nous le découvrons dans la dualité, dans la pensée-existence, et au-delà.

Dans ce contexte l’évolution du chercheur honnête sait faire la différence entre le transcendantal et le sexuel, sans non plus se réprimer comme un timoré, ou bigot, ou mystifié, menant une vie normale, avec conscience d’être sur le véritable chemin de la transcendance spirituelle, vers la vie divine.

Tous les chercheurs honnêtes de la vérité, de l’ « illumination », (connaissance, sagesse), la clef qui ouvre les portes de l’unité absolue, éternelle de l’esprit, ou Dieu. Quels que soient les efforts, ou la détermination, pour activer la kundalini, on ne peut débloquer les canaux d’allée et venue de cette énergie, arrivant seulement à une désharmonie physique, psychologique et mentale, et à ankyloser les membres pour toute la vie, ajoutant à cette expérience funeste la respiration excessive (pranayama), lorsque l’élémental de l’air prend contrôle du chercheur, l’asphyxiant, le submergeant dans l’obscurité et dans une peur indescriptible, créant des œdèmes cérébraux.

Une expérience que de nombreux professeurs de yoga, ou « maîtres », ne peuvent contrôler, car elle est au-delà de leurs capacités, sans savoir que faire et comment contrôler l’élément de l’air. Une expérience que de nombreux professeurs de yoga, ou « maîtres”, ne peuvent contrôler, car cela est au delà de leurs capacités, sans savoir que faire et comment contrôler l’élément de l’air dans le supposé disciple, ou novice préoccupé pour transcender spirituellement.

Hno. Rodolfo Rios Medina