Select Page

Le dilemme de penser, recherchant le début du Fil d’Ariane, par où commencer et finir sans nous retrouver perdus dans un labyrinthe sans issue, en ce qui concerne l’existence, la vie dans cette dimension duelle tridimensionnelle où s’appliquent les lois que l’être humain a créées et modifie depuis la nuit des temps, jusqu’à nos jours.

Des lois sociales, culturelles, religieuses, économiques et politiques qui établissent un status quo, pour programmer le développement scientifique et technologique des pays du monde.

La question est: pourquoi sommes-nous ici, pour quoi, et d’oû venons-nous? Notre nature physique, osseuse, lymphatique, organique et cérébrale, dans une observation pragmatique, est-ce tout ce que nous sommes en tant qu’êtres controlés et manipulés par le mystérieux fonctionnement du cerveau connecté à un tout duel et tridimensionnel?

N’y a-t’il pas une autre force, quelque chose d’intangible, mystérieux, inconnu, qui est la véritable réalité, le plus profond intronisé dans la matière-énergie, qui meut les fils de la mystérieuse existence, vie, à travers la pensée?

Au delà de la foi passive, on peut raisonner, discerner, observer, contempler pour trouver la vérité qui ne se contredit pas, osant traverser les barrières de la dualité vers un arcane mystérieux d’évènements transcendantaux qui nous permettent d’entr’apercevoir la fin du laboratoire existentiel, du Fil d’Ariane, et d’observer cette vérité comme connaissance et sagesse.

Où celui qu’on appelle Dieu est occulté sous le voile de ses multiples et infinies facettes, dans les multiples univers, voies lactées, galaxies, mondes, systèmes solaires et planétaires, dans l’antimatière obscure et lumineuse, gardienne de la durée, du temps et de l’espace, dans les trois règnes de la nature duelle du cosmos.

On peut faire une réflexion, observer, contempler, discerner, méditer, penser, et oser, que celui qu’on appelle Dieu, individualisé dans les trois règnes de la nature comme étincelle divine, esprit, le maître intérieur, est l’être humain comme ego-mental-conscience, recherchant la sortie, la liberté durant des millions d’années d’évolution, de réincarnations, dans une dimension illusoire submergée dans l’espace-temps-pensée, avec des lois gravées par le feu, sous la balance de son libre arbitre afin de peser les bonnes et mauvaises émotions et sentiments, un fardeau qui nous maintient aveuglé par la lumière du confort, de la fortune, du pouvoir, des dépendances, fétiches, superstitions, rituels, sabbat, grimoires, les ambitions démesurées, la vanité, le superflu, le feu follet des croyances archaïques, antagoniques et obsolètes. Dieu « loin » de l’unité absolue, infinie, et éternelle.

Hno. Rodolfo Rios Medina